La beauté de la simplicité

À Montréal, les mois de décembre à février ont été très cléments. Peu de flocons, presque pas de glace. Mes raquettes de neige et mes patins dorment sous la poussière depuis l’année passée. Puis, ces derniers jours, dès que nous mettons les pieds dehors, l’air froid gèle nos poumons. Nous vivons les deux extrêmes. C’est la raison pour laquelle mon copain et moi avons commencé une petite routine quand la météo ne joue pas en notre faveur: on mange et on chine. Donc en ce jour de St-Valentin, rien de spécial à l’horaire. Sa simple présence à mes côtés suffit à m’apaiser et à me mettre un sourire aux lèvres. Ce matin, la faim nous amène alors au Salon de thé Gryphon d’Or sur l’avenue de Monkland.

Les photos en ligne montrent de magnifiques services de thés, de sandwichs et de petits gâteaux. Tenter cette nouvelle expérience m’intéressait. Cependant, en regardant le menu sur place, quelle déception de constater que ce service ne commence qu’à partir de 15h! Cette information cruciale, je ne l’avais vue nulle part. Plus tard, je me rends compte que leur menu l’indique (téléchargez-le en format pdf sur www.gryphondor.com). Personnellement, je pense que cette précision devrait se trouver sur leur page principale. (En attendant notre commande, j’entends plusieurs gens déçus d’apprendre la même nouvelle!). Toutefois, le plus important, c’est la nourriture!

Le moitié-moitié, c’est le benedict Gryphon d’Or «rarebit», soit un oeuf poché sur scone avec fromage et bacon, le tout nappé de sauce au fromage (cheddar fort et bière). Ce n’est pas tout! Ce plat est idéal pour les fanatiques de sucré-salé, car il y a aussi du pain doré (le shortcake aux fraises pour mon copain, et moi, le citron-bleuets). Le café est à volonté à l’achat d’un repas, mais je le déconseille. Ah oui, un petit gâteau au chocolat est inclus avec ce brunch satisfaisant!

Bien repus, nous roulons vers le Faubourg des antiquités. Mon copain négocie une ancienne balance de pharmacien, très jolie avec tous ses poids. Vous connaissez les drams? C’est l’ancienne unité de mesure des apothicaires. J’adore apprendre de nouvelles choses… Bref, certains poids ressemblent à des sous, donc je sors ma vieille boîte de monnaie pour comparer. Je m’amuse à peser le sous noir de 1919 et un sous noir de 1999. Devinez lequel est le plus pesant? C’est fascinant!

Parfois, juste en fouillant dans nos anciennes affaires, nous ressassons de vieux souvenirs agréables. Je me rends compte que le bonheur n’est jamais si loin et que nous ne sommes pas toujours obligés de prendre l’avion, de sortir loin de notre quartier ou encore de dépenser une fortune pour avoir du plaisir! C’est tout simple! Bonne soirée! 🙂

– Mylie C.

Publicités

2 commentaires

  1. partonsenvoyage · février 15, 2016

    Ah la la Montreal en hiver ça doit être une sacré expérience ! Promis, un jour on me découvrira pour vivre à la vraie montrealaise 😊

    Aimé par 1 personne

    • leblogdemylie · février 15, 2016

      La ville est très belle sous un couvert blanc! Puis s’il fait trop froid, Montréal possède plusieurs excellents cafés où se réchauffer! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s